LUCIEN BARBIER - N'OUBLIONS PAS !

INAUGURATION DE L'ALLEE LUCIEN BARBIER - 09.04.11 - AMIENS

INTERVENTION de Christophe Saguez (Secrétaire Général de l’UD CGT SOMME)

Mesdames, Messieurs les élus,  Cher(e) ami(e), cher(e) camarade,

 

Permettez-moi de débuter cette prise de parole par une confidence…

Au moment où nous avons eu connaissance de la satisfaction de notre exigence, qui était d’obtenir un lieu public à Amiens au nom de notre camarade Lucien Barbier, nous avons tous dit à haute voix « enfin ».

Enfin, car cette demande était pour nous, et pour beaucoup d’autres, légitime et sa satisfaction est le résultat d’un travail collectif de plusieurs années.

Cet « enfin » exprimait une certaine fierté. 

Et pourtant l’inauguration d’une allée Lucien Barbier à proximité de l’endroit où le tragique s’est déroulé n’est pas pour nous un aboutissement.

Il est, c’est vrai, la reconnaissance d’un combat au service du progrès social.

Un combat mené par un homme humble dans un esprit collectif.

A l’heure où certains développent le chacun pour soi et cultive le people, le populisme ou le culte de la personnalité pour des intérêts privés cette commémoration est également un hommage à tous ceux qui agissent, souvent dans l’ombre, au quotidien pour le bien de toutes et de tous.

C’est la reconnaissance d’un homme, qui est décédé, il y a  23 ans et six mois, suite aux coups qui lui ont été portés par les forces de police, sous les ordres du Préfet et du Commissaire de l’époque.

C’est le 6 novembre 1987 que ce  militant, syndicaliste de la CGT et communiste, a été tué au cours d’une action militante.

Il manifestait pour le passage du TGV par Amiens. Il agissait contre les mauvais coups portés à l’industrie de son département, de sa région. Il militait pour le développement économique et social, pour le bien-être de la population picarde. Son combat reste plus que jamais d’actualité dans un contexte certes bien différent.

Ce jour-là, face à un pouvoir plein de hargne, il a tenté d’entamer le dialogue. La réponse a été sauvage : Lucien a été matraqué et Lucien est tombé. Il est décédé 20 jours plus tard après un long coma. D’autres militants, responsables CGT ont aussi été agressés violemment, dont Gérard Corselle, qui était à ce moment là le secrétaire général de l’Union Départementale CGT de la Somme.

Gérard, qui n’a pu se joindre à nous, m’a demandé de vous exprimer toute sa fierté et son émotion. Pour Gérard cet évènement permettra de ne pas oublier Lucien.

Car Lucien faisait partie de ces hommes qui savaient que notre existence est liée à la volonté continuelle de devoir se mobiliser, de lutter pour que la société corresponde à ce que chacune et chacun aspire.

Lucien était un homme de débat. Il avait la passion de convaincre. Pour lui, son engagement était complémentaire sur le plan politique et syndical. Il avait besoin de l’un et de l’autre. Il savait que syndicats, partis politiques et autres formations contribuent, selon les modalités et les responsabilités qui leur sont propres, à faire vivre le débat public, à faire évoluer la réalité sociale.

Licencié à plusieurs reprises pour ses idées et engagements, il savait que le syndicat est disponible pour permettre à tous les salariés de se défendre et d’obtenir des avancées sociales.

Persévérant, il savait s’enrichir au contact de l’autre sans se renier. Il écoutait, il respectait, il utilisait le poids des mots pour aider à comprendre la situation et à la transformer. 

Aujourd’hui, cette soif de convaincre et de lutter doit continuer à nous animer face à un gouvernement et à un patronat qui s’entêtent à maintenir des choix qui ont montré toute leur nocivité.

 

Pour la CGT, il faut poursuivre le combat de Lucien.

Une force collective existe composée de camarades et d’amis comme Lucien. Cette force a la volonté d’aboutir vers plus de progrès social pour tous.

Agir, se rassembler, intervenir contre ce capitalisme mondialisé, pour transformer cette société où domine l’argent reste aujourd’hui d’une brûlante actualité. Ce n’est ni utopique, ni impossible, c’est d’une urgente nécessité.

Les évènements récents le rappellent.

Tout comme Lucien le faisait, ce combat est celui de nombreux progressistes et syndicalistes qui, aujourd’hui dans notre département, en France et dans le monde, refusent cette logique du fric qui écrase l’être humain, qui exclut et qui brise de nombreuses vies au nom du profit roi, au nom de la rentabilité financière.

On continue à s’acharner contre celles et ceux qui, comme Lucien, luttent, résistent, agissent et proposent tous les jours d’en finir avec l’exclusion sociale, la précarité, contre celles et ceux qui portent l’espoir, les valeurs de solidarité, de fraternité, d’unité et de liberté, contre celles et ceux qui se battent pour le progrès social.

Aussi, le meilleur moyen de rendre hommage à notre camarade, c’est bien de continuer son combat, pour que tout être humain vive dignement.

Il n’y a rien de plus moderne que de faire triompher l’humain pour un développement durable.

C’était le sens de l’engagement de Lucien, c’est là le sens de notre engagement syndical, c’est le sens de cette inauguration.

Alors oui, cette évènement est résolument tourné vers l’avenir, un avenir bâti autour d’une justice et d’une modernité sociale et économique. En bref, la construction d’un monde meilleur.

 

Merci de votre attention.

 

 

 



Discours à la Mémoire de Lucien Barbier de Gilles DEMAILLY (Maire d’Amiens)

Mesdames et Messieurs,

 

Finalement – et après 23 ans !-, nous sommes réunis aujourd’hui pour honorer la mémoire, mais surtout l’engagement  d’un homme.

Lucien Barbier était avant tout un homme de conviction, mais aussi de dialogue. Sa disparition tragique en 1987, beaucoup s’en souviennent.  Alors qu’il manifestait en faveur du passage pour le TGV à Amiens, symbole d‘avenir et de développement pour notre territoire, les violences policières l’avaient plongé dans un coma profond. Il succomba vingt jours plus tard.

Si de précédentes demandes de cérémonie pour honorer sa mémoire ont été faites, cette municipalité tient, elle, à commémorer à la fois l’homme de dialogue et de combat qu’il était, mais aussi la vision de ce syndicaliste qui avait compris.

 



-           Compris que la mobilisation était parfois la seule voie pour se faire entendre,

-           Compris qu’il ne fallait pas abandonner,

-           Compris enfin qu’il fallait agir contre les maux qui s’abattaient alors sur notre région.

 



La désindustrialisation et l’isolement de notre agglomération, deux fléaux contre lesquels Lucien entendait lutter. Plus que ce lieu symbolique- essentiel pour ne pas oublier ce personnage d’exception- ce sont surtout ses idées que nous devons continuer de promouvoir.

Amiens sera bientôt desservie par le TGV, plus d’une vingtaine d’années après. Nous serons alors connectés à d’autres territoires économiquement performants. Tel était le souhait de Lucien !

Mais d’autres combats sont aujourd’hui ouverts. Ne baissons pas la garde. Comme Lucien, nous devons rester fidèles à nos idéaux, tout en écoutant l’autre. L’action militante, qu’elle soit syndicale ou politique, permet de modeler la société, de mettre en avant les problématiques auxquelles nous faisons face, de faire évoluer les conditions de vie de chacun.

C’est cela que je souhaite rappeler aujourd’hui en dédiant ce lieu à un citoyen qui a, LUI,  dédié sa vie aux autres.

 

Je vous remercie,

 



 

 

En quelques mots très simples mais forts émouvants, Odette ROYER, sœur de Lucien BARBIER, au nom de toute sa famille remercie chaleureusement la CGT pour l’action menée avec ténacité en mémoire de Lucien et la municipalité d’Amiens pour y avoir répondu favorablement.

 

 

Nos coordonnées

CGT SOMME
24 rue Frédéric Petit

80000 AMIENS
Tél. : 03.22.71.28.70

Nos heures d'ouverture

8h30 à 12h30 / 14h00 à 17h30,

du lundi au vendredi.

Secrétariat fermé le mercredi AM

Mise à jour du 09 mai 2017,

retrouvez les archives de Bruno 

dans l'espace "syndiqués" !

- Cliquez l'image pour agrandir -

1_Guide_Stagiaire-2.pdf
Document Adobe Acrobat [2.0 MB]
2_Guide_Interimaire-2.pdf
Document Adobe Acrobat [1.4 MB]
3_Guide_Salaries-2.pdf
Document Adobe Acrobat [2.8 MB]
guide saisonniers.pdf
Document Adobe Acrobat [7.9 MB]

Saisissons les bonnes opportunités !

SYNDIQUES,

Partez à la découverte de votre espace.

Pour obtenir votre code secret, demandez à votre délégué, sinon, téléphonez à l'U.D. 

RIEN N'EST SECRET SUR INTERNET,

voici votre adresse IP :

ETAT MENTAL DU WEBMASTER